S’occuper des enfants pour leur bien-être

0
Le bien-être des enfants
Sponsorisé

Nous entendons beaucoup parler du bien-être et nous associons fréquemment ce terme au monde adulte, mais nous n’y pensons pas souvent quand il s’agit des jeunes enfants. Il ne faut pas s’étonner que les problèmes de santé mentale chez les adolescents s’amplifient de manière alarmante et que même les plus jeunes peuvent parfois se sentir stressés. Pourtant, nous croyons dur comme fer que si nous travaillons pour le bien-être des enfants, nous leur assurerons un bon départ dans la vie.

Idées pratiques pour favoriser le bien-être des enfants

Un facteur essentiel pour aider les enfants à améliorer leur bien-être est de s’assurer qu’ils savent qu’ils sont aimés par les individus auprès desquels ils passent la majorité du temps. Les parents et les grands-parents ont clairement un rôle crucial à jouer dans ce cas. Les enseignants peuvent également démontrer aux enfants leur affection à travers les mots doux qu’ils utilisent et l’attention délicate qu’ils leur accordent. A chaque rencontre, les enseignants prouveront aux enfants à quel point il est agréable de les voir encore une fois et à quel point ils avaient hâte de passer du temps ensemble.

a) Jouer à l’extérieur maximise le bien-être des enfants

Les recherches montrent que l’enfant a besoin de jouer dehors pour saisir l’occasion d’explorer le monde qui l’entoure, acquérir et maîtriser des habiletés. L’aménagement, par exemple, d’un lieu spacieux dédié aux jeux offre à l’enfant la possibilité de se déplacer librement et d’affronter des petits risques. Ce type d’activité renforce son autonomie et sa confiance en lui.  

Assurez-vous d’impliquer les enfants dans l’utilisation de votre espace extérieur en leur demandant d’apporter leur contribution pour la création des parcours d’obstacles les uns pour les autres, en leur demandant de réfléchir aux outils et aux ressources dont ils auront besoin. C’est ainsi que l’enfant apprend à refuser de se soumettre, bien planifier, respecter les règles.  

b) Stimuler et développer le langage émotionnel de l’enfant

Nous devons aider les enfants à comprendre et à gérer leurs propres sentiments. Nous devons les épauler afin de donner le vrai sens aux sentiments des autres. A cet effet, il faut :

  • Démontrer soi-même sa gestion émotionnelle;
  • Faire preuve de l’empathie à l’égard de ses enfants;
  • Leur expliquer que tous les sentiments sont acceptables, mais que tous les comportements ne le sont pas.

A la bonne conduite répond des résultats probants

Nous devons faire prendre conscience à l’enfant même en bas âge que ses sentiments sont interprétables. Par exemple, quand un bébé pleure pour être nourri, nous pouvons dire: «C’est bon, je sais que vous avez faim. Je vais vous nourrir maintenant. »

Nous incitons les plus âgés à extérioriser ce qu’ils ressentent et deviner les émotions des autres par le biais des livres d’histoires destinés à cet effet, des cahiers conçus pour mettre des mots sur des dessins émotifs.

Quand un enfant parvient à traduire ses émotions, il a des chances de s’adapter rapidement et de comprendre ce qui compte pour lui mais aussi pour les autres.

Sponsorisé

c) Accordez-vous des pauses-calme

Notre vie est souvent dépouillée de la sérénité et celle de nos enfants peut aussi l’être par « contagion ». Nous devons aider les enfants à trouver le temps de se reposer et de vivre des moments de calme. Des espaces dans notre environnement doivent être conçus pour permettre à nos enfants de se détendre et de caresser leurs rêves. Prenez l’exemple du Yoga, c’est une merveilleuse école de patience, de calme et de maîtrise de soi. Puisqu’il apprend la concentration et développe l’attention, il est utile de le pratiquer en famille.

d) Assurez-vous que vos enfants dorment suffisamment

Plusieurs études ont réussi à confirmer que les enfants qui dorment mal risquent d’avoir des fonctions cérébrales altérées. Ils n’arrivent pas à se concentrer, sont donc moins créatifs, et susceptibles de devenir obèses.

Pour aider vos enfants à dormir suffisamment, établissez une routine du coucher et limitez les activités stimulantes après le dîner. Rendez leur chambre aussi silencieuse et sombre que possible pour améliorer la qualité de leur sommeil. Réduisez au minimum leur contact avec des appareils électroniques. En effet, la lumière bleue émise par ces écrans affecte le sommeil et inhibe la production de la mélatonine.

e) Concentrez-vous sur la démarche et non sur le résultat final

Les parents qui accordent une importance excessive à la réussite sont enclins à élever des enfants frustrés des échecs. Face à ce comportement à risque, nous suggérons  de porter son attention sur l’effort fourni. L’attitude adoptée pour réaliser une tâche compte plus que le résultat obtenu.  

Les recherches de Carol Dweck nous le confirment. Pour cette spécialiste de la psychologie sociale, les enfants qui se concentrent sur le processus et non sur le résultat souhaité finissent par obtenir plus de succès à long terme.

f) Encouragez vos enfants à servir les autres et à être généreux 

Faire preuve de générosité rend les enfants plus heureux, comme l’a constaté la spécialiste de la psychologie positive L.B. Aknin. Ses expériences l’ont amené à affirmer que les enfants en bas âge sont plus heureux quand ils donnent des friandises à d’autres que lorsqu’ils en reçoivent. Encore intéressant le fait que les tout-petits deviennent encore plus heureux quand ils donnent des friandises qui leur appartiennent, plutôt que les mêmes friandises qui ne leur appartiennent pas. Encouragez donc vos enfants à:

  • Servir les autres
  • Être généreux
  • Trouver des moyens de le faire aussi en famille ou à l’école.

g) Incitez vos enfants au pardon

Martin Seligman, l’un des piliers de la psychologie positive, a identifié le pardon comme un élément clé qui contribue au bonheur des enfants. Le ressentiment, soutient-il, prédit une humeur dépressif, engendre l’agressivité et l’anxiété chez l’enfant.

Les enfants qui apprennent à pardonner peuvent transformer des sentiments négatifs à propos du passé aux sentiments positifs. Cela leur procure un bien-être et leur apporte une grande satisfaction.

h) Le bien-être des enfants: s’investir dans leur observation

Il y a lieu de surveiller des enfants en général et ceux souffrant d’agitation motrice en particulier afin de déceler éventuellement chez eux une agitation mentale. Si l’enfant ne peut se concentrer, aussitôt qu’il prend un objet le rejette, entame une activité qu’il ne finit pas, désire être amené au parc du jeu, au restaurant mais s’ennuie d’emblée, passe brusquement d’un moment de joie au chagrin sans raison apparente c’est d’un déséquilibre psychique qu’il souffre. Une visite chez un spécialiste s’impose si de semblables comportements deviennent habituels.

A l’école, le bien-être des enfants doit être assuré

A l’école, le maître ou la maîtresse peut intervenir pour contrôler la bonne insertion de l’enfant qui quitte le cocon familial pour faire sa première expérience de socialisation. Les troubles dont il peut souffrir n’échappent pas au professeur, il suffit parfois juste d’être attentif à leur conduite pour relever les motivations profondes de leurs gestes.

Pour ceux ou celles qui ne n’y avons pas encore pensé, commencez d’abord par remarquer l’apparence de vos élèves, ils portent peut-être un chapeau de paille ou une nouvelle bande de cheveux. En remarquant ces choses importantes que les enfants retrouvent la sécurité et goûtent le bien-être qu’ils méritent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici