Les 7 règles d’or pour être zen au travail selon Sioux Berger

1
Sponsorisé

L’ambiance du travail est parfois morose, glaciale ou même étouffante. Le boulot en soi n’est pas toujours une source de contrainte, ce sont les autres qui nous empêchent de goûter le bonheur. Sioux Berger nous enseigne qu’il est possible d’instiller notre philosophie du zen pendant l’exercice de nos fonctions. Voici donc la démarche à suivre pour être zen au travail :

1)    Trouvez la bonne distance

Les gens aiment qu’on parle d’eux, qu’on les écoute. Etre (un peu) à l’écoute d’un collègue qui a besoin d’épancher ses problèmes, cela peut détendre incroyablement l’atmosphère. Retenez pour chacun de vos collègues quelques détails personnels (prénoms des enfants, lieux de vacances…) afin de toujours entamer une conversation en la personnalisant. Puis passer aux dossiers importants !

C’est injuste, mais le maître zen que vous êtes évitera de se confier à son tour, afin de ne pas créer une ambiance trop affective qui gêne le déroulement du travail. Autrement dit, être zen au travail c’est être à l’écoute mais en adoptant la même réserve que la reine d’Angleterre !

2)    Placez vos émotions personnelles de côté

Vous êtes au bureau, les gens qui vous entourent travaillent avec vous. Pensez que le bureau est « comme une grande famille est illusoire ». Ce peut être le discours qu’adopte un chef de service  pour assurer la cohésion de l’équipe, mais au fond de vous, vous devez garder en mémoire qu’il s’agit d’une union de travail. Placez moins d’affectif dans chaque heure au bureau, cela permet de conserver la bonne distance et de rester beaucoup plus zen.

Il y’a de la tension dans l’air ?

Elle ne doit pas vous atteindre au plus profond de votre personnalité. Si vous vous sentez nerveux, irritable pour un rien, vous pouvez essayer prendre des gélules ou des tisanes d’aubépine, réputée pour calmer les palpitations, la nervosité et l’irritabilité.

3)    Mettez les autres en valeur

N’oubliez pas : vous êtes zen, c’est vous qui maîtrisez vos sentiments et ceux des autres et non l’inverse. N’hésitez pas à manier l’art du compliment avec subtilité pour que les autres se sentent à l’aise. Vous pouvez vous montrer admiratif face à un travail bien fait, ou surpris de la rapidité d’exécution face à un dossier difficile.

Laissez-les parler le plus souvent possible : le fait d’écouter apaise les tensions. Cela permet de créer une ambiance zen au travail.

Sponsorisé

4)    Souriez !

C’est l’effet miroir. Si vous souriez, les autres se mettent à sourire aussi. Si vous dégagez de l’agressivité et froncez les sourcils, les autres vous abordent avec moins de sérénité.

Pour vous entraîner à un sourire zen et chaleureux, vous pouvez réaliser ce petit exerce qui détend et réconforte :

Placez votre main sur votre ventre (peau nue, ou sous votre tee-shirt) mais ne touchez pas la peau. Votre main est à quelques millimètres de votre plexus et vous sentez sa chaleur. Dès que vous obtenez cette sensation souriez ! Instant de détente très réconfortant lorsque nous devons  aborder quelqu’un qui nous est…désagréable.

5)    Communiquez

Si quelque chose ne va pas, si on vous parle mal, ou si on vous a fait une remarque qui vous a blessé, ne ruminez surtout pas, ne ressassez pas derrière votre écran d’ordinateur, parlez ! Plus facile à dire qu’à faire, car vous avez, bien entendu, peur de provoquer l’électricité dans l’atmosphère. 

Avant d’entrer dans le dialogue, pensez à « essorer vos poumons » c’est une expression utilisée dans la méthode Pilates. Cette méthode propose un épanouissement du corps grâce à des étirements et une musculation en profondeur, mais elle n’oublie jamais que le bien-être du corps ne peut pas être atteint si l’esprit se sent mal. Chaque exercice est donc préconisé pour détendre une partie de son mental et une parcelle de son corps.

L’astuce à déployer

Pour essorer vos poumons, expirez l’air à fond en décontractant le plus possible votre bouche. Si vous en ressentez le besoin, secouez vos lèvres et votre tête comme le ferait un chien qui s’ébroue. Vous aurez peut-être envie de tousser tant l’air est absent de vos poumons. Respirez ensuite normalement, vous venez d’évacuer une partie de la tension provoquée par votre charmant collaborateur.

6)    Ayez un discours positif

C’est tout simple, bannissez les négations de votre discours. « On n’y arrive pas », « il n’y a jamais de…dans ce bureau ». Vous donnez le ton, les autres suivront. S’ils sont récalcitrants, n’hésitez pas à résumer, à haute voix, au moment d’une pause, les choses positives  accomplies  dans la journée.

7)    Ecoutez les non-dits

Vous prenez votre courage à deux mains et vous apprenez à dire pas à pas ce qui ne va pas, ce qui vous a agressé. C’est parfait, mais vos collègues ne font peut-être pas de même et rien n’est plus désagréable que de travailler entre deux personnes qui se parlent à peine. Au cours de la journée, essayez d’identifier à partir de quel moment celui qui fait la tête s’est fermé aux autres : après un coup de fil, après le déjeuner…cela devrait vous donner quelques indices sur la raison de son stress. Ensuite, n’hésitez pas à prendre les devants et aller lui parler discrètement. Le fait de se confier désamorce parfois quelques bombes.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici